AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm not ready fort that. (wendy)

Aller en bas 
AuteurMessage
Milo Buckley

avatar

♘ MESSAGES : 48
♘ PSEUDONYME : Pauline.
♘ CRÉDITS : Riddle (avatar) -
♘ MULTICOMPTES : Arya.
♘ DATE D'INSCRIPTION : 11/06/2012

EYE OF THE TIGER.
Répertoire:

MessageSujet: I'm not ready fort that. (wendy)   Ven 22 Juin - 19:44

Il errait dans les rues, sans but aucun. Le vent frais qui fouettait délicatement son visage encore imprégné de ces cinq dernières années au fond d'un gouffre sans fin lui donnait une sensation totale de liberté. Voilà seulement quelques jours que sa cure de désintoxication des jeux s'était terminée et Milo avait un mal fou à vivre normalement. Passant d'une situation plutôt moyenne à une richesse considérable pour tomber dans une pauvreté quasi totale, son esprit était embrouillé, encore noyé dans de l'argent et un bonheur illusoires qu'il n'arrivait toujours pas a effacer. Certes le jeu était devenu un dégoût tout comme les épinards dans son assiette tous les mercredis depuis plus d'un an et demi, mais l'argent.. L’appât du gain, le plaisir de savoir son compte en banque plein à craqué et le plaisir de se faire plaisir. Tout lui manquait et comme s'il tentait d'arrêter la clope, le manque commençait à le faire terriblement souffrir et faire trembler tout son corps. S'adossant sans délicatesse aucune à un mûr, Milo se laissa tomber par-terre dans un bruit sourd sans rien ressentir de plus que ce putain de manque qui le prenait carrément au tripes. Il laissa son visage se nicher dans ses mains, comme si elles étaient capables de le réconforter. Sa vie était devenue une belle merde. Une merde si conséquente que plusieurs fois, l'espagnol avait pensé à y mettre fin. La mort ne lui paraissait pas plus désastreuse que les années qu'il avait vécu et qu'il vivrait certainement encore durant un bout de temps. Il était souillé, complètement détruit par le poker et l'argent sale qu'il avait perdu en un clin d'oeil. Le bonheur lui paraissait si loin et si illusoire. Et puis, il la vit, elle, la tempête qui était entrée dans sa vie aussi vite qu'elle n'en était ressortie. Celle qui avait brisé son coeur en mille morceaux sans même s'en rendre compte. Qui l'avait laissé sur le carreau et qu'il avait probablement tenté de remplacé par des millions de dollars sans y parvenir. Jamais il n'avait cessé de l'aimer, jamais il n'avait réussit à l'oublier. Pas même dans les bras des plus jolies filles du sud. Son coeur se mit à battre comme il ne l'avait pas fait depuis des années. Depuis qu'elle l'avait éjecté de sa vie. Comme s'il s'était éteint durant six ans et qu'il recommençait à vivre grâce à une simple vision. Parce que tout cela ne pouvait pas être vrai. Elle ne pouvait pas se retrouver dans la même ville que lui, à quelques pas seulement de lui. C'était impossible. L'espagnol ferma les yeux le temps d'une seconde. Une seconde pour qu'elle se retrouve à ses pieds, les joues rosies et le regard mi inquiet, mi curieux. Milo cru y distinguer également un brin de stupeur. Il resta stoïque, presque indifférent. Elle l'avait quitté. Sans rien dire. Cette petite voix qui était en vérité la sienne, ne cessait de le lui répéter et resserrer un peu plus son coeur déjà bien amoché. « Ça fait longtemps. » Sans déconner. Un brin de reproches dans la voix, Milo en profita pour se relever. Il détestait plus que tout, depuis qu'il avait vécu dans la rue dans un sous en poches, tabassé plusieurs fois sans aucune raison, que quelqu'un le regarde de haut. Et que Wendy le fasse lui était insupportable même si c'était inconsciemment. La détailler lui paraissait presque insurmontable mais complètement inévitable. Elle n'avait pas changée pour un sous et sa beauté lui piqua la poitrine encore un peu plus. Qu'auraient-ils été si elle ne s'était pas barrée comme une voleuse ? L'espace d'un instant, l'espagnol observa les possibilités de fuites. Cette confrontation, il n'y était pas encore préparé. A vrai dire, il ne s'y était jamais préparé, espérant ne jamais la revoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wendy Presley

avatar

♘ MESSAGES : 41
♘ PSEUDONYME : ;
♘ CRÉDITS : ;
♘ MULTICOMPTES : Ethan Russell
♘ DATE D'INSCRIPTION : 10/06/2012

EYE OF THE TIGER.
Répertoire:

MessageSujet: Re: I'm not ready fort that. (wendy)   Ven 22 Juin - 22:12

A l'instar de Milo (qu'elle n'imaginait pas un instant croiser d'ici quelques minutes), Wendy errait sans but dans les rues de Tulsa. Tout était bon à prendre pour éviter cette femme qui osait affirmer être sa mère. Quelle mère abandonnait son époux et sa petite fille de dix ans pour un autre homme ? Quelle mère ne donnait plus jamais aucun signe de vie sans se douter du mal qu'elle causait à partir batifoler librement avec un autre ? Aucune. Et si la douce Wendy s'était à l'époque interdit d'éprouver de la haine pour elle parce que ce sentiment était bien trop nocif, elle ne pouvait empêcher ce sentiment nouveau et perturbant de gonfler douloureusement dans sa poitrine. C'était à cause d'elle que son père avait essayé de mettre fin à ses jours il y a de ça des années et s'était retrouvé cloué dans un fauteuil et plongé plus profondément encore dans les affres de la dépression. C'était à cause d'elle encore qu'il avait perdu ce long combat contre la maladie et l'avait laissée gagner au moment où une balle dévastatrice lui arrachait la moitié du crâne... et emportant avec elle une partie du coeur de Wendy. Comment devait-elle apprendre à vivre avec une étrangère, qui s'était imposée avec son époux écoeurant pour prendre soin d'elle après la mort d'un homme qu'elle avait causé ? Wendy ne le pouvait pas. Mais malheureusement, elle n'avait aucun autre choix. L'argent lui manquait pour fuir ce cocon familial étouffant et elle refusait de laisser le compagnon de sa mère l'aider. Son argent à foison ne l'achèterait jamais, elle se le promettait. Alors la jolie blonde s'éclipsait, dès qu'elle le pouvait. Elle s'arrêtait la plupart du temps à la bibliothèque emprunter un livre, s'allongeait dans le premier pré qui croisait son chemin et demeurait là jusqu'à ce qu'elle ait dévoré l'ouvrage en question. Souvent, elle tuait le temps au refuge du coin. Wendy éprouvait une affection pour tout et tout le monde : c'était une femme altruiste, gentille, généreuse et profondément dévouée. Néanmoins, les animaux étreignaient sa poitrine d'une tendresse toute particulière et leurs grands yeux brillants la touchaient en plein coeur, malgré qu'elle se sente souvent atrocement vide, depuis le suicide de son père. Le reste du temps, Tinsley et Adrian lui tenaient compagnie. Ils étaient les seuls qu'elle n'avait pas rejetés, préférant se couper des gens qu'elle aimait plutôt que de vivre à nouveau un tel déchirement à leur perte. Cette période n'était qu'un vaste brouillard mais Wendy était persuadée que ses meilleurs amis auraient pu subir le même sort, si Tinsley ne s'était pas accrochée à elle avec toute l'hystérie qu'on lui connaissait. Pourtant, ces derniers temps tout semblait compliqué entre eux et la délicate blonde préférait à ses rares amis la compagnie de la solitude. De toute manière, il ne lui restait pas grand monde à Tulsa, comme ailleurs. Déjà plutôt timorée en règle générale, Wendy s'était volontairement éloignée de la plupart de ses amis. Elle demeurait aux yeux des anciens du village toujours la même gamine timide aux joues rosies et aux sourires tendres mais en réalité, personne ne se rendait compte que quelque chose en elle s'était éteint. Voire brisé. Le nez plongé dans l'ouvrage qu'elle venait d'emprunter à la bibliothèque, la jolie blonde manqua trébucher sur... un obstacle. Rectification : une jambe. Et là, comme dans un film, Wendy vécut la scène au ralenti de ses yeux noisettes remontant lentement une silhouette d'homme jusqu'à sa stupeur tandis qu'elle le reconnut entre mille : Milo. La confusion ne tarda pas à prendre le dessus sur le bouillon d'émotions qui s'entrechoquaient violemment en elle et elle sentit ses joues s'échauffer pour revêtir la teinte de la plus fraîche des fleurs : un rose pimpant. « Milo ? » s'interrogea-t-elle naïvement à voix haute de son éternel ton feutré et mélodieux. Wendy maudit immédiatement sa stupidité et le mince filet de sa voix qui sonnait aussi assuré et impressionnant que le jappement d'un chiot affolé. Incapable de détacher ses yeux caressants de la silhouette de Milo, elle le dévisageait avec un manque de manière qui ne lui ressemblait pas, comme pour s'abreuver de cette douce illusion avant qu'elle ne disparaisse. Parce que c'était forcément ça, n'est-ce pas ? Un sale tour que lui jouait son cerveau à cause des médicaments qu'elle avalait parfois par poignées lorsque son coeur devenait trop lourd. Mais le mirage se mit à parler et réentendre le son de sa voix lui fit l'effet d'un coup de poignard en plein coeur ou d'un uppercut à l'estomac : violent et inattendu. Son ton était rude et ne ressemblait en rien à cette façon particulière avec laquelle il s'adressait à elle, habituellement. Mais il n'y avait plus d'habituellement, simplement un délicieux passé sur lequel elle avait été contrainte de tirer un trait lorsqu'on l'avait violemment ramenée à la réalité. La froideur de Milo lui prouvait bien que leur complicité fusionnelle n'avait pas survécu à cette épreuve. Bien sûr, elle en était la seule fautive. A cet instant, Wendy ne désirait que se jeter à son cou, s'excuser et le supplier de lui pardonner. Mais elle n'en ferait rien parce qu'elle était trop craintive, certes, mais surtout bien trop persuadée de ne pas mériter son pardon. Décidant d'ignorer l'hostilité de Milo (la jolie blonde détestait les conflits et était rarement de taille à les affronter), son visage de poupée se fendit bien malgré elle d'un sourire attendri avant qu'elle ne poursuive. En réalité, ses jambes chancelantes menaçaient de rompre et elle semblait bien incapable de prononcer quelques mots cohérents. Que dire après son absence ? Comment combler un silence qui durait depuis trop longtemps ? « Oui. » murmura-t-elle simplement dans un souffle coupable, incapable d'en ajouter davantage ou même de soutenir son regard sombre. Wendy préférait contempler le mur derrière Milo et feindre de s'intéresser aux merveilleuses briques le composant. Elle n'était pas lâche, juste perdue. Et gênée. Et les battements effrénés de son coeur se répercutant jusque dans ses tempes ne l'aidaient pas à combler ce silence à couper au couteau. La petite blonde n'était pas douée pour ça. C'était Tinsley qui disposait de la répartie fracassante et Adrian de l'humour. Elle, elle n'avait rien d'autre que sa maladresse et sa sincérité. Mais face à Milo qui l'écrasait de toute sa prestance, ça semblait bien trop peu. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Sa voix n'était qu'un mince filet bien trop doux pour que sa question sonne comme un reproche. C'était une simple interrogation concernée et enfin, Wendy trouva le courage nécessaire pour se replonger dans la contemplation du visage de Milo, au lieu du mur... Dire qu'elle était suspendue à ses lèvres et que son imagination galopante s'emballait à la vitesse de l'éclair était un euphémisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milo Buckley

avatar

♘ MESSAGES : 48
♘ PSEUDONYME : Pauline.
♘ CRÉDITS : Riddle (avatar) -
♘ MULTICOMPTES : Arya.
♘ DATE D'INSCRIPTION : 11/06/2012

EYE OF THE TIGER.
Répertoire:

MessageSujet: Re: I'm not ready fort that. (wendy)   Mer 4 Juil - 18:44

Si, sur la pancarte annonçant la ville de Tulsa, Milo avait aperçu le nom de "Wendy Presley", il aurait certainement fait demi tour. Réaliser qu'elle était finalement devant ses yeux le ramena des années en arrière à vingt mille à l'heure. Et ce retour dans le passé était loin de réjouir l'espagnol qui, au contraire, affichait une mine morne et noire. Le trou béant que Wendy avait laissé dans son estomac cinq ans plus tôt était à peine cicatrisée et la revoir suffisait à la rouvrir. Milo saignait de l'intérieur. Et même si au fond, l'envie de la prendre dans ses bras et de pouvoir sentir à nouveau l'odeur de sa peau et de ses cheveux le titillaient affreusement, il se concentrait pour paraître le plus hostile possible, espérant, pour son bien, qu'elle ne s'en aille et vite. Qu'il puisse se laisser de nouveau tomber par terre sans retenue et avec la délicatesse d'un éléphant, laissant tomber avec lui tous ces fichus problèmes et son passé qui constituait son seul bagage. Et ce passé, la blondinette n'en serait certainement pas fière. Les yeux noirs, l'espagnol s'efforça à la détailler et ainsi, reconnaître chacun de ses traits qui n'avaient absolument pas changés mais qui avaient évolués. L'envie de s'emparer de ses lèvres lui tritura le ventre dans tous les sens. L'amour qu'il avait jadis ressentit pour elle le frappa en plein visage et l'espagnol se rendit compte que toutes les femmes et tout l'argent qu'il avait put consommé n'avaient en rien altérer ses sentiments envers la jolie blonde. Cela dit, cette rancœur qu'il avait alimenté contre elle durant plus de cinq ans et surtout lors de son périple dans les rues, submergeait tous les autres sentiments qui se chamboulaient en lui. Impossible de fuir, Milo préféra arborer son air fatigué de tout et indifférent malgré l'envie folle de sourire, attendrit par cet air de petit chien qu'affichait Wendy. « Va pas croire que je te recherchais. » C'était sortit sans qu'il ne s'en rende compte, du tac au tac. Comme un besoin de se justifier alors qu'il n'en avait absolument pas besoin. Il fallait simplement qu'elle le déteste et qu'elle s'en aille afin qu'il puisse refaire sa vie (du moins, qu'il essaie) et qu'ils s'oublient. Enfin. Et qu'il puisse réellement panser la plaie qu'elle lui avait laisser en disparaissant après une nuit dans ses bras. Il l'avait consolé, il avait été là, toujours, à toute heure du jour et de la nuit alors qu'elle était à la base tous ce qu'il détestait et elle s'était jouée de lui. Inconsciemment ou pas, elle l'avait laissé sur le bord de la route et avait continué sa vie comme si de rien était, sans tenter de le recontacter. Et ça, il ne le lui pardonnerait jamais. Néanmoins choqué par sa propre réponses, le bel espagnol arqua un sourcils et se racla la gorge comme pour se donner un courage inutile face à une Wendy imposante. Pauvre mec lâche et pleins de failles béantes. « Je travaille ici. Chez mon oncle. » La cure de désintoxication, pas besoin de la mentionner. Wendy n'avait rien d'autres à savoir et Milo n'avait aucunement besoin de sa pitié et ses yeux de cocker adorables qui le feraient fondre. Une seule envie submergeait toutes les autres dans son estomac vide depuis presque un jour, qu'elle s'en aille. Qu'elle le laisse une seconde fois et qu'il puisse s'effondrer de nouveau. Comme pour se donner bonne conscience, il ajouta, « Et..-- Et toi ? » Curieux tout de même, l'espagnol n'était plus qu'une grosse masse de sentiments qui se chamboulaient. La haine, la curiosité, la culpabilité, la joie, la douleur, le manque, l'amour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm not ready fort that. (wendy)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm not ready fort that. (wendy)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Tulsa, Oklahoma. :: Centre-ville.-
Sauter vers: